Dossiers prioritaires

L'ensablement du lac William

Laurier Larose et Yvan Aubre sont allés visiter Asbestos. Après un long et ardu travail de 10 années, ils ont réussi à faire du désensablement. Le projet a coûté jusqu’à 600 000 $ qu’ils ont réussi à obtenir via une taxe volontaire sur les comptes de taxe de toute la population d’Asbestos. La taxe s’élève à 150 $ par année.

Ils nous ont avisés que le gouvernement et l’Environnement ne veulent pas discuter avec des associations, ils veulent avoir affaire directement avec les élus municipaux. Il faudra donc se trouver des alliés avec la municipalité.

Pour ce faire, il faut avoir un projet concret à réaliser. Leur projet était d’enlever les algues du lac pour préserver sa santé car le lac était eutrophe et pouvait disparaître.


Laurier a rencontré deux personnes de chez Grobec (dont M. Landry) et ceux-ci sont prêts à nous aider, à nous guider et à venir présenter notre projet avec nous. Ils sont prêts à venir à une rencontre du comité directeur de l’Association pour se présenter et nous expliquer en quoi ils pourraient nous être utiles.

Laurier avec une personne de Grobec est allé marcher la rivière Dubois (celle qui descend au début de la route du Domaine-du-lac via la route 165). A quelques endroits, Laurier a constaté des éboulements de terrain qui viennent dévier le ruisseau et qui fait en sorte d’ensabler notre lac.

Ce dossier sera à l’étude pour les prochaines années. Il faut demander la collaboration de la municipalité via le comité de gestion pour qu’un projet de désensablement se réalise. On pourrait aussi travailler avec les organisations impliquées du Lac à la truite, qui pourraient alors servir de tampon pour le lac William tout en redonnant un usage normal aux citoyens du Lac à la truite. Le désensablement pourrait se faire à leur lac et nous en bénéficierions aussi. Il nous restera alors à gérer les ensablements générés par nos propres tributaires du lac William.

Nettoyage à la tête du lac William

À notre grand bonheur un bon nettoyage a été fait à la tête du lac William. La municipalité, ayant obtenu l'autorisation de l'Environnement, a procédé à un ménage avec souci de le faire avec délicatesse. Cette partie du lac est un milieu humide à protéger dans toute sa nature. Bravo pour cette initiative.